Entretiens

Zin TV : Télévision alternative

Comment financez-vous vos activités ?

Le « noyau dur » de notre équipe est constitué de 5 personnes. Après des années de prospection, nous avons obtenu quelques subsides ponctuels qui nous permettent tout juste de rémunérer une personne à mi-temps. C’est une situation très délicate. Heureusement, nous sommes logés gracieusement par une structure culturelle… flamande… mais si ce bail devait être remis en cause, tout notre projet serait en sursis. Le politique doit comprendre la nécessité qu’il y aujourd’hui à soutenir des médias comme le nôtre, les WebTV font partie du paysage audiovisuel, elles doivent être reconnues et soutenues lorsqu’elles remplissent des missions d’intérêt général. Pour nous, chercher des subsides, c’est toujours la crainte de perdre beaucoup de temps et d’énergie pour rien. Les guichets sont inadaptés. Il devrait exister un fonds de soutien comme pour les radios associatives. Si rien ne bouge, l’énergie de nombreux bénévoles passionnés de télévision finira par s’épuiser.

 

D’autant que gérer un portail vidéo, c’est aussi très contraignant…

Nous réfléchissons beaucoup à ce que doit être une WebTV non marchande en 2017. On voudrait développer la mise en valeur de nos contenus avec des recommandations automatiques. On voudrait aussi mieux utiliser les réseaux sociaux sans toutefois en devenir dépendant. S’il est évident que nous devons aller chercher l’internaute où il est, c’est-à-dire sur Facebook, notre volonté est de le ramener sur notre portail. En effet, les codes de production vidéo de Facebook ne cadrent pas avec notre philosophie : trop court, trop premier degré, trop muet… Un autre axe de réflexion, c’est l’archivage de nos productions, ce serait dommage que tout ce patrimoine disparaisse un jour. Mais tout cela coûte de l’argent…

 

Percevez-vous la reconnaissance du CSA comme une légitimité supplémentaire dans vos revendications ?

On a l’impression d’être moins livré à notre sort. Zin TV veut faire partie du paysage audiovisuel. Prêcher les intellectuels convaincus, c’est important, mais notre ambition est de sortir de notre sphère d’influence habituelle. Le plus important reste la reconnaissance du terrain, et de ce côté-là, on nous le rend bien… Et puis, le régulateur, c’est un allié sur d’autres enjeux qui concernent les médias d’internet : neutralité du web, respect de la vie privée… Il est d’ailleurs temps que quelqu’un nous protège contre les clauses abusives liées à l’utilisation de Facebook.

 

Un mot sur vos activités parallèles, votre association est aussi impliquée dans la formation ?

En effet, nous familiarisons les citoyens à l’outil audiovisuel de manière à ce qu’ils puissent s’impliquer directement dans notre programmation. Zin TV contribue également à la création d’autres médias, comme « Sans papier TV » que nous soutenons de différentes manières. Enfin, il nous arrive de partir en mission à l’étranger : Afrique, Amérique du Sud, où beaucoup de médias communautaires sont en voie de création.